le mag' Aquitem N°17

Cepasco Spigol - Tooltime

Rencontre avec Philippe Gérard, Assistant directeur informatique de la société Cepasco Spigol

Pouvez-vous nous présenter CEPASCO SPIGOL ?

La société CEPASCO SPIGOL est une SAS au capital de 300 000 euros. Elle a été fondée en 1876 et possède plus de 130 années d’expérience. Son activité est l’importation, le broyage, le mélange, la trituration et le conditionnement d’épices.

Elle s’approvisionne dans le monde entier, sélectionnant les fournisseurs les plus aptes à répondre aux exigences de ses clients et de son marché. Elle dispose d’un site de production de 4 900 m² situé à Gemenos. Elle a traité en 2009 2 650 tonnes d’épices et réalisé un chiffre d’affaires de 16.38 M. L’effectif de la société est de 67 personnes.

Les clients de CEPASCO sont des industriels, des transformateurs, des grossistes, des détaillants, des centrales de la RHF et de la grande distribution. CEPASCO distribue une gamme complète d’épices en sac sachet ou pot. Son produit leader est toujours le SPIGOL vendu en étui ou en boîte.

Quelle utilisation faites vous des solutions TOOLTIME ? Et quelle perception en ont vos salariés ?

Nous avons choisi la pointeuse biométrique dans les ateliers afin d’éviter les manipulations de carte de pointage.

Les personnels devant porter des vêtements de travail n’ont plus à s’encombrer de leur carte en sortant des vestiaires.

Quant au personnel administratif, dans la même logique de suppression de la carte de pointage, l’intranet nous est apparu la solution la plus simple. Cela permet en outre d’autres fonctionnalités comme la saisie de demandes de congés.

Ces solutions ont été rapidement adoptées. Elles ont reçu un accueil favorable car elles ont permis de fortement diminuer les réclamations.

Avez-vous prévu un export vers un logiciel de paye ? Pour quelles raisons ?

Nous avons prévu effectivement un export vers notre logiciel de paye pour éviter toute nouvelle saisie inutile et valoriser au maximum les outils mis à notre disposition.

Propos recueillis par Alexia Barral