le mag' Aquitem N°17

Dans un monde très largement numérisé, où la prolifération des connexions Internet haut débit peu chères et les technologies informatiques toujours plus puissantes augmentent les attentes des utilisateurs sur les performances et les niveaux de services, les entreprises se doivent de gagner en flexibilité et de s’adapter rapidement.

Le cloud computing – c’est-à-dire l’informatique en nuage – répond à ces besoins en fournissant une infrastructure dynamique et hautement virtualisée, dotée de la Fexibilité requise pour s’adapter aux transformations de l’entreprise.

Un self service informatique

Deux catégories de Cloud Computing se distinguent :

  •  le Cloud public : le client n’investit pas en ressources informatiques et utilise des services offerts par un prestataire externe. Il existe différentes solutions sur le marché, allant de l’externalisation de tout ou partie du système d’information dans un centre de données comme celui d’Aquitem jusqu’à l’accès à des applications métier en mode SaaS (Software as a Service). Les plus gros centres de données mondiaux comme ceux d’IBM ou de Microsoft dont Aquitem est partenaire peuvent héberger les applications soumises aux plus fortes charges transactionnelles.
  •  le Cloud privé (interne) : les entreprises font évoluer leur propres datacenters afin de gérer leurs ressources en interne selon le principe duCloud.
    Aquitem accompagne nombre de ses clients dans une telle démarche, qui impacte le matériel, le logiciel et les services associés. La mise en place de portails permet aux utilisateurs qui ont besoin, à un moment donné, de leur fournir plus de ressources, de se les faire attribuer de manière flexible, souple et extrêmement rapide. Les dernières versions des systèmes d’exploitation de Microsoft et les outils d’administration associés offrent de réelles innovations en la matière.

Pour la première fois, l’informatique fournit des services.

L’un des points clés du Cloud Computing est la virtualisation. Cette dernière consiste en un ensemble de technologies permettant d’exécuter plusieurs systèmes d’exploitation ou applications sur le même ordinateur de la même manière que si les machines étaient physiquement distinctes. Il en ressort une flexibilité et une optimisation de l’utilisation des infrastructures qui favorisent le développement du Cloud Computing.

Les avantages

Le Cloud Computing offre de réelles perspectives d’économie, en termes de temps et d’argent.

En effet, le besoin est couvert de manière efficiente puisque l’allocation de la ressource se fait à la demande, en self-service. De plus, l’utilisateur n’a plus à se préoccuper du fonctionnement ou de la maintenance de son parc : ce dernier étant en partie ou totalement externalisé, le prestataire doit s’assurer lui même du fonctionnement, puisque l’usage de l’infrastructure est désormais considéré comme un service. L’avantage du «Pay as you Go» est notable : l’utilisateur ne paie que ce qu’il loue et ce dont il fait usage.

Puis, la souplesse de l’offre à la demande donne à l’utilisateur toutes les clés de l’optimisation de ses infrastructures informatiques : il n’est plus nécessaire de se doter en interne de machines ultra-performantes puisque la puissance est désormais délivrée quand le besoin survient, et à l’échelle du besoin, afin d’y répondre précisément. Ainsi, il en résulte moins d’investissements, et une baisse des coûts d’exploitation.

Les risques et temps morts sont également réduits, et grâce à la mutualisation, on constate une optimisation de la consommation d’énergie ainsi qu’une accélération des projets d’innovation. Enfin, le Cloud Computing suppose une interface homme/machine intelligente et facilitant l’usage, ce qui est rendu possible par des logiciels de gestion et/ou de programmation, et permet d’envisager une réelle amélioration du service clients.

Pour plus d'informations, vous pouvez faire appel au service commercial de la Division Acominfo au 05 56 69 64 64 ou par mail à acominfo@aquitem.fr.